Après deux décennies de bas loyers, la pression immobilière a gagné Berlin au tournant des années 2010. Des habitants quittent la ville pour inventer en périphérie des projets collectifs d’habitation, tel le logement coopératif Uferwerk à Werder. D’autres restent au cœur de la ville et agissent pour le maintien d’espaces communs et l’accueil de populations de tous âges et toutes origines, comme Prinzessinnengarten, ancienne friche devenue un jardin partagé dans le quartier de Kreuzberg. Ailleurs encore, les Berlinois se sont mobilisés pour que l’ancien aéroport de Tempelhof devienne un vaste parc public ouvert à tous.

Pour en savoir plus

Quelques données en plus: 

Le logement coopératif Uferwer est implanté à Werder, à 50 km du centre de Berlin. Près de 500 personnes ont été candidates au projet de départ. 160 personnes, 100 adultes et 60 enfants y résident désormais. Le coût du mètre carré est de 1 000 euros à Uferwerk, quatre fois moins qu’à Berlin en 2018 (+ 12.7 % par rapport à 2017).

Le Prinzessinnengarten a été créé en 2009. Dans son grand jardin a été construite une pergola, 10 mètres de haut, 100 mètres carrés de plancher, qui a nécessité 12 000 heures de bénévolat. En 2012, 30 147 personnes ont participé à la campagne empêchant la privatisation du lieu. Depuis, le conseil de district de Friedrichshain-Kreuzberg s’est prononcé en faveur de l’implantation sur le long terme du Prinzessinnengärten sur la Moritzplatz.

Le 24 mai 2014 les Berlinois ont voté à 65 % contre les projets d’aménagement du Tempelhofer Feld. Ce parc atypique s’étend sur près de 400 hectares