Bordeaux, mars 2016. Amputé de la main à la suite d’un accident du travail, Nicolas Huchet a eu l’idée de se fabriquer sa propre prothèse, en rencontrant le premier « fablab » implanté à Rennes. Grâce à une imprimante 3D et à des matériaux de récupération, cette « bionic hand » sera réalisée à un faible coût, et deviendra la vitrine française des potentialités en matière de santé du mouvement des makers. Un modèle d’autant plus exemplaire que ses plans sont en open source.