ess-sante-mobile_72.jpg
Creative Commons Licence Fabrice Jonckheere

Des inégalités dans l’accès aux soins

Selon l'OMS et la Banque mondiale, 400 millions de personnes dans le monde n’ont pas accès aux services de santé les plus élémentaires en 2016. 1

L’Éthiopie ne compte ainsi que 3 médecins pour 100 000 habitants, quand la France en dénombre 332 pour 100 000 habitants (OMS, 2016). 2

Faute de couverture médicale et de suivi sanitaire, nombre de pays connaissent une plus forte mortalité infantile et des épidémies plus fréquentes. Aujourd’hui dans le monde, 40 % des mères accouchent sans aucune assistance médicale. Beaucoup décèdent. Les orphelins auront 10 fois plus de risques de mourir avant leur cinquième anniversaire que les enfants accompagnés. 2

Le SMS est-il la solution ?

En Afrique, plus de 500 millions de personnes disposent d’un mobile 3. Une donnée que comptent bien utiliser les organisations caritatives et de santé pour faire reculer les disparités d’accès aux soins fondamentaux. Grâce aux smartphones, il est en effet possible aujourd’hui de suivre l’état sanitaire d’individus isolés géographiquement, qui ne disposent pas du maillage sanitaire suffisant pour la prise en charge rapide des pathologies.

Rwanda : une réduction de 80 % du taux de mortalité maternelle grâce à un dispositif SMS de l’Unicef

Créé en 2007 par l’unité dédiée à l’innovation de l’Unicef, le dispositif RapidSMS permet à des femmes enceintes d’Afrique centrale d’être accompagnées par des bénévoles, via leur utilisation de téléphones mobiles de base, très peu chers.
Début 2014, RapidSMS permettait le suivi de près de 400 000 femmes enceintes, puis de leur nouveau-né.
Au premier trimestre 2015, on comptabilisait sur cinq ans une réduction de 80 % du taux de mortalité maternelle au Rwanda, notamment grâce à ce dispositif. 4