VoxPublic : se faire l’écho des assos

rencontre_assotech.jpg

Laetitia Nonone de Zonzon93 lors d’une rencontre #assotech.

Creative Commons Licence

L’association VoxPublic propose une boîte à outils numérique aux collectifs luttant contre les inégalités sociales. Objectif : les aider à porter leur voix.

« L’an dernier, un collectif d’associations voulait parler de l’accueil des migrants, et montrer qu’il y avait beaucoup d’initiatives, partout sur le territoire. Nous leur avons proposé de faire une cartographie en ligne à l’aide de logiciels libres pour les recenser. » Résultat : 1200 initiatives solidaires recensées sur une carte participative, intitulée le Sursaut citoyen. À 45 ans et déjà de nombreuses années consacrées à l’éducation au numérique et la solidarité internationale, Erika Campelo est chargée de communication pour l’association VoxPublic, qui s’attache à « renforcer le pouvoir citoyen ». Concrètement, cette jeune structure, créée en 2016 et fonctionnant grâce à des financements privés (des fondations comme l'Open Society Initiative for Europe par exemple), accompagne bénévolement les petites associations ou les collectifs informels qui luttent contre les inégalités sociales et les discriminations.

Objectif : que leurs campagnes d’interpellation des pouvoirs publics soient le plus efficace possible, grâce, notamment, à une bonne utilisation des outils numériques et une bonne communication vers les médias. Un art du plaidoyer que maîtrise bien son fondateur, Jean-Marie Fardeau – ancien directeur France de Humans Right Watch, passé par la Cimade et fondateur d’Agir ici pour un monde solidaire (devenu Oxfam France) et Benjamin Sourice, ancien journaliste et spécialiste du « contre-lobbying ». Les trois permanents de l’association peuvent aussi compter sur l’aide d’une quarantaine de bénévoles.

Actions pour l’Autisme Asperger, 25ansBidonvilles, Solidarités Nouvelles pour le Logement, etc. : en 2017, quatorze associations ont été soutenues dans leur campagne d’interpellation.

Faire entendre sa voix

Au-delà de l’aide technique sur tous les outils du numérique, « ils nous ont apporté une visibilité sur ce que nous avions à dire que jamais nous n'aurions eue sans eux ; des articles dans des grands journaux, des contacts politiques… », précise Francine Stourdzé, co-présidente d’Actions pour l’Autisme Asperger. VoxPublic les avait accompagnés dans leur démarche de médiatisation lors la concertation publique autour du quatrième Plan Autisme, en 2017. « Ce sont d'excellents professionnels. Ils ont une grande approche humaniste, et sont très rassurants ».

C’est tout un accompagnement stratégique que propose l’association, et celui-ci passe souvent par le numérique. L’équipe a donc organisé deux rencontres #AssoTech : ces journées visent à échanger sur les bonnes pratiques entre acteurs du numérique et associations de terrain. Les bons tuyaux partagés ont ensuite donné lieu à un guide pratique librement accessible. « On construit des ponts avec les acteurs des civic tech, qui créent des outils pour favoriser la démocratie participative ou directe. Ils connaissent le fonctionnement des institutions, possèdent la connaissance technique pour coder de bonnes plateformes d’interaction avec les élus, mais semblent parfois éloignés de la réalité des demandes sur le terrain. De beaux outils sans utilisateurs, ça ne changera pas la donne démocratique ! » explique Erika Campelo. VoxPublic met donc ces acteurs en contact pour que les petites associations s’approprient mieux les outils numériques existants. Exemple parmi d’autres : le collectif Sans Toit Pas Sans Nous, mobilisé contre la fermeture de centres d’hébergements d’urgence aux Grands Voisins, a bénéficié des conseils de change.org et d’un accompagnement stratégique de VoxPublic pour obtenir plus de 60 000 de signatures à leur pétition et permettre à plus de 300 personnes de trouver un toit.

La solution des logiciels libres

Internet, l’outil rêvé pour faire porter sa voix ? « C’est une vision utopiste. Ce canal de communication accessible à tous peut devenir une usine à gaz si on n’est pas formé aux techniques spécifiques », souligne Jean-Baptiste Paulhet. Ancien directeur de GoFundMe France, et membre du conseil d’administration de VoxPublic, il a animé, lors de la première rencontre, un atelier sur le crowdfunding, entouré d’une trentaine d’acteurs du secteur. Comme RomEurope, Change.org ou Framasoft, collectif qui promeut l’usage des outils numériques libres.

La promotion des logiciels libres est au cœur de l’engagement de VoxPublic. « Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, ndlr) ont réussi à imprégner le monde associatif avec des outils simples et gratuits, regrette Érika Campelo. Les collectifs croient qu’ils touchent un public énorme avec leur page Facebook mais en fait c’est un silo fermé. Et si un jour Facebook la ferme ? Leur engagement ne leur appartient plus... » Selon Érika Campelo, proposer aux associations qu’elle accompagne un site Internet sous licence spip ou des outils mis à disposition par l’association Framasoft – soit des alternatives aux logiciels propriétaires, comme ceux de Google – fait partie d’une démarche holistique, cohérente. « La technique n’est pas neutre. Ne la laissons pas uniquement dans les mains des sociétés privées. »

Pour en savoir plus